logo-mini

Chasseur d’images octobre 2014

Michel LEVY - Osez le style Boudoir
Chasseur d'Images - Octobre 2014

Mardi matin, arrive un courriel comme j'en reçois parfois:
"Après une rupture brutale, j'ai besoin de me retrouver, de reprendre confiance en moi, d'avoir de moi une image sexy. J'ai besoin de voir mon corps d'une manière positive! Je pense que vous pouvez m'aider à passer ce cap avec vos photos. Merci de me contacter. Cordialement, L."

Quelques jours plus tôt, je recevais un autre message :
‘Je m'appelle Nathalie, j'ai 50 ans, ma démarche de faire une séance “boudoir' est très personnelle et c'est aussi un défi Je ne suis pas belle, je suis timide et complexée et, pourtant, j'ai besoin que l'on m'aide à montrer ma féminité. Les témoignages d’autres femmes, vus sur votre site web, me poussent à vous contacter..."
Je pratique la photo professionnellement depuis plus de trente ans. Après avoir été formé dans un studio de prise de vue publicitaire j'ai, à mon tour, formé des maîtres et des professeurs, afin de leur permettre d'utiliser la photographie et la vidéo dans leur enseignement.

Depuis 2009, j'ai fait construire mon studio de prise de vues, où je reçois mes modèles, débutants ou aguerris, personnalités de la téléréalité et artistes en quête d'une nouvelle image. Je constate souvent que les modèles ont besoin de se confier, de se raconter. Comme si la prise de vues leur permet¬tait de se libérer émotionnellement Loin de moi l'idée de me présenter comme un photo-thérapeute, même si cela fait partie intégrante de certaines séances. Je m'en suis rendu compte le jour où une amie de longue date, proche de la cinquantaine et n'ayant jamais posé, m'a demandé des photos d'elle, sexy et glamour. La transformation s'est opérée au fil de la séance quand, découvrant les tirages, elle a retrouvé confiance en elle, le désir de plaire et, surtout, le goût de se plaire à elle-même, aspect qu’elle avait occulté depuis longtemps.

La photographie boudoir, qu'est-ce que c'est?

Cette dénomination vient des pays anglo-saxons. À mi-chemin entre la photo de pin-up, au caractère humoristique et ludique et le portrait glamour, avec, en supplément, une touche de sensualité et d’intimité pouvant aller jusqu’au nu implicite, souvent demandé par le modèle lui-même.
On peut réaliser des photos de type boudoir avec des modèles professionnels bien entendu, même s’il leur est difficile de quitter les poses stéréotypées qu'on leur demande habituellement C'est la conséquence de leur professionnalisme: elles savent prendre la pose
suivant les mises en scène conventionnelles de l'univers de la mode mais, pour en sortir, il faut savoir les diriger.
Pour un amateur, cela facilite la tâche. Si la muse l'inspire et que la connivence s'installe, il peut sans retenue réussir de superbes clichés en saisissant regards et attitudes. Mais ces inspiratrices sont rares dans une vie de photographe...
Les modèles qui font appel à des professionnels sont le plus souvent des femmes. Il peut arriver qu'il s’agisse de couples, mais l'homme fait alors une rapide apparition sur quelques clichés.
Généralement, elles n'ont jamais posé et sont même effrayées à cette idée, ce qui est paradoxal quand l'idée de la séance vient d'elles ! Mais une fois franchi le pas, l'appréhension fait place au plaisir de vivre une nouvelle expérience et elles se découvrent sous un nouveau jour et se libèrent de leur carcan.
Au moment de choisir le style des images, il ne s'agit pas de créer des photos sophistiquées à outrance ni de tenter de transformer la personne en une réplique des icônes que l'on trouve dans les magazines. Je préfère conserver un côté naturel et intime, tout en magnifiant la personne. L'être et pas seulement le paraître!
Il est fréquent que la séance photo soit déclenchée par un événement marquant dans la vie de la "star" d'un moment. Une jeune femme est ainsi venue me voir parce qu'elle allait se marier et souhaitait offrir à son époux de belles images d'elle. Une autre voulait les offrir à son compagnon pour son anniversaire. Il peut aussi s'agir d'une démarche personnelle d'une femme qui se sent bien dans sa peau et souhaite réaliser une séance photo, juste pour le plaisir de conserver une trace d'un moment important de son existence.
Je resterai discret sur d'autres circonstances, plus dramatiques, qui peuvent amener des personnes à garder le souvenir de moments oui ne seront plus. Il faut savoir aborder chaque situation avec discernement, délicatesse et respect.

Comment se déroule une séance photo boudoir?

Il est important de prendre du temps pour parler avec la personne, comprendre sa démarche et ses attentes. Je m'associe toujours avec une coiffeuse et une maquilleuse afin que la séance soit "un jour particulier'' pour le modèle. Celui-ci doit se sentir au centre de toutes les attentions. Grâce au dialogue avec la maquilleuse et la coiffeuse, un climat de détente s'instaure naturellement.
Je travaille aussi avec un couple de créateurs de tenues sexy et avec la responsable d'une boutique de lingerie. Elle reçoit les modèles avant fa séance et ils choisissent les tenues. C'est une bonne préparation qui, le moment venu, permettra de se consacrer entièrement au shooting.
Au fil du temps, j'ai décoré et meublé mon studio en fonction de mes styles d'images. On y trouve divans, fauteuils, miroirs ou méridiennes, chinés chez des brocanteurs et retapés par un ami décorateur. Toujours dans le style boudoir, évidemment!
Je fais aussi venir des États-Unis, où ce thème est en vogue depuis longtemps, des fonds en tissu reproduisant des motifs de papier peint, comme le damas.
Le photographe qui ne dispose pas de son propre studio a aussi la solution de louer une chambre dans un hôtel de charme, ce qui permettra de varier les décors facilement Mais il faudra toujours penser aux détails! Bijoux, gants, bas, chaussures, masques... tous les accessoires qui font la différence entre une image correcte et une bonne photo !
Pour cela, n'hésitez pas à mettre le modèle à contribution, en lui suggérant de ramener ses propres objets, en vidant tiroirs et commodes pour en sortir colliers de perles oubliés, masque acquis lors d'un voyage à Venise ou tout autre accessoire !
Il faut aussi soigner l'ambiance du studio: une température agréable, quelques bougies parfumées, une coupe de champagne et un accompagnement musical bien choisi contri¬buent à la détente. Sans oublier de quoi faire un café ou un thé ou grignoter un morceau en cas de fringale.

Quel matériel pour la photographie boudoir?

Les personnes désireuses de se faire photographier n'ont pas toujours un physique de top-modèle. Il faudra donc savoir user de quelques artifices pour mettre leur corps en valeur et, surtout, estomper certains défauts. C’est tout l'art du cadrage, de la composition, mais aussi de l'éclairage.
Privilégiez les objectifs à grande ouverture. Cela permet, grâce à une faible profondeur de champ, de préserver des zones de flou qui sont au plus bel effet dans ce type de prise de vues. À titre personnel, j'utilise un Nikkor 85 mm f/1,4 qui me donne d'excellents résultats, surtout en basse lumière lorsqu'il faut privilégier le caractère intimiste de certaines scènes. J'utilise aussi le zoom 24-120 mm f/4 ainsi que le 70-200 mm f/2,8. Des focales moins lumineuses ne permettent pas d'obtenir les mêmes rendus.
L'effet pervers de ces objectifs, hyper précis, c'est qu'ils ne manquent aucun détail ! La moindre rougeur, la moindre trace sur la peau, le moindre cil de travers sont enregistrés avec une précision hallucinante. Il faut alors gérer cela en post-production, en introduisant une touche de flou pour gommer certains détails gênants.
Le problème de la lumière est tout aussi délicat Autant l'éclairage d'une photo de type pin- up peut être direct et concentré, autant le style photo boudoir peut nécessiter de grandes sur¬faces diffusant une lumière douce.
L'édairage indirect naturel d'une grande fenêtre ou d'une baie vitrée peut être une remarquable source. Sinon, une grande boîte à lumière ou un flash dont l'éclair "rebondit" sur un mur blanc ou un plafond fonctionnent parfaitement.
En utilisant des sources plus concentrées, on met l'accent sur certaines parties de la scène.
À vous de choisir la surface de la source lumineuse, suivant que vous souhaitez privilégier une ambiance claire ou sombre.
En déplacement je privilégie des torches Elinchrom Ranger Quadra sur batterie, aux¬quelles j'associe des diffuseurs et des snoots, de manière à concentrer quelques traits de lumière sur des endroits stratégiques de l’image. Cela me permet de surligner une courbe ou de mettre l'accent sur un détail de la dentelle d'une guêpière, un accessoire ou un bijou. En privilégiant des objectifs à grande ouverture, vous pouvez même utiliser la source lumineuse des lampes pilotes pour réaliser vos photos.

Après la séance, le travail continue!

Le modèle est parti, le studio est rangé... mais le travail n’est encore qu'à moitié réalisé. Vient le moment du traitement des fichiers, qui revêt une importance... particulière!
On commence par gommer tous les détails gênants, sans oublier les éventuelles suggestions de corrections esthétiques émanant du modèle lui-même. On choisit ensuite un style de rendu. Le noir et blanc, par exemple, se marie bien avec le style boudoir. Il donne un aspect rétro aux images et accentue leur sensualité. Pour la transformation, on a l'embarras du choix: extensions Photoshop, Lightroom ou logiciels spécialisés. N’hésitez pas à accentuer ou à créer le grain !
Certains appareils peuvent enregistrer directement les images en niveaux de gris: je le déconseille. J'ai vu un pro opérer de la sorte au Salon de la Photo : c'est une grossière erreur car en photographiant directe¬ment en noir et blanc, l'appareil "aplatit" les trois couches rvb de l'image, détruisant deux tiers des informations contenues dans l'image et oblitérant les possibilités de traitement.

Les clés de la réussite

Une séance photo boudoir réussie boule¬versera sans doute la personnalité de votre modèle, en opérant une transformation de sa propre vision. Une bonne écoute, une bonne technique et une grande dose de psychologie sont les ingrédients de base d'une recette qui apportera satisfaction partagée.
Et si tout s'est bien passé, sans doute retrouverez-vous, quelques jours plus tard, parmi vos courriels, ce genre de messages...
-    “Encore une fois, merci pour cette journée. C'est comme si j'étais passée dans un bain de révélateur! J'ai pris conscience de plein de choses, je me sens légère, heureuse, je suis en paix avec moi ! Et cela ne m'est pas arrivé depuis très longtemps.”
-    “Merci et encore merci ! Je suis heureuse... Avec ton œil et ton appareil tu as capturé un peu de mon invisible! Amitiés. Nathalie."

Chasseur_dImages_N_367_Octobre_2014_Page_2Chasseur_dImages_N_367_Octobre_2014_Page_3

Chasseur_dImages_N_367_Octobre_2014_Page_4Chasseur_dImages_N_367_Octobre_2014_Page_5

Chasseur_dImages_N_367_Octobre_2014_Page_6Chasseur_dImages_N_367_Octobre_2014_Page_7