logo-mini

Publications

Les couvertures de mes livres

Les revues auxquelles j'ai collaboré

et collabore encore aujourd'hui pour certaines.

Quelques revues dans lesquelles mes photos on été publiées et ont fait la couverture

Tout le monde il est beau, tout le monde il est sexy

La photo de charme n’est plus réservée aux magazines érotiques ou pornographiques et a d’autres desseins que de montrer des corps dans leur nudité crue. En vogue : le portrait de madame Tout-le-monde parée de lingerie coquine dans des poses sexy et des ambiances de salon boudoir. Ça devrait être remboursé par la sécurité sociale ! », s’exclame Sylvie, bientôt 57 ans, qui prépare sa troisième séance photo en trois ans. Elle fera le voyage depuis la Bourgogne pour rencontrer, en Normandie, son photographe officiel, celui qui, dit-elle, « [l’a] révélée », Michel Lévy. Sur les clichés des deux dernières années, elle pose en lingerie rouge et noire et accessoires coquins, dans des atmosphères de satin et de velours, à la mode des filles de joie de saloon.
Photos de nu, de charme, érotiques, glamour, sexy, sensuelles, autant de termes qui évoquent aujourd’hui bien plus que la vulgarité sans mise en scène. L’image de la pin-up des années 80 ou 90 est désuète. Désormais, les concepts de « photothérapie », déposé par le photographe Wecksteen, ou « photo boudoir » et « photo bien-être », par Michel Lévy, invitent la « femme ordinaire » à jouer avec l’objectif. « Beaucoup sont dans une démarche de reconquête de leur image après une séparation ou une maladie, elles ont envie de se voir belles », éclaire Michel Lévy. Il fait d’ailleurs référence à l’émission « Belle toute nue » sur M6, qui rhabille, recoiffe, remaquille une femme complexée, avant qu’elle réussisse à se trouver jolie dans le plus simple appareil, du moins à se faire photographier.
Beaucoup sont des modèles d’un jour

 


Mardi matin, arrive un courriel comme j’en reçois parfois:

« ,Après une rupture brutale, j’ai besoin de me retrouver, de reprendre confiance en moi, d’avoir de moi une image sexy. J’ai besoin de voir mon corps d’une manière positive! Je pense que vous pouvez m’aider à passer ce cap avec vos photos. Merci de me contacter. Cordialement, L. »

Quelques jours plus tôt, je recevais un autre message :
‘Je m’appelle Nathalie, j’ai 50 ans, ma démarche de faire une séance “boudoir’ est très personnelle et c’est aussi un défi Je ne suis pas belle, je suis timide et complexée et, pourtant, j’ai besoin que l’on m’aide à montrer ma féminité. Les témoignages d’autres femmes, vus sur votre site web, me poussent à vous contacter… »
Je pratique la photo professionnelle¬ment depuis plus de trente ans. Après avoir été formé dans un studio de prise de vue publicitaire j’ai, à mon tour, formé des maîtres et des professeurs, afin de leur permettre d’utiliser la photo¬graphie et la vidéo dans leur enseignement.

 

 


Chasseur d’Images – Avril 1996

Le charme en infrarouge noir et blanc
Michel Lévy a un jour réalisé son rêve : photographe pro ! Mais déçu, il a préféré revenir à un statut d’amateur. Très attaché à la liberté de création, le voici plus passionné que jamais. Il nous charme avec ce dossier sur le nu en infrarouge noir et blanc. Les chemins de la vocation empruntent parfois de curieux détours. Passionné de photo dès son adolescence, Michel Lévy envisage sérieusement des études dans cette direction, mais choisit finalement l’enseignement. Or sa prof de dessin à l’Ecole Normale de Caen est l’épouse d’un photographe publicitaire, lequel ouvre bientôt les voies de la profession à Michel Lévy : les ficelles du studio, les secrets de la communication, les techniques d’éclairage… voilà comment il réalise son rêve et devient photographe pro ! « Des photos pour moi !? »
Pourtant, il rejette rapidement le manque d’expression personnelle dans la photo publicitaire : « Un milieu trop professionnel où manquent les petites pauses créatives ». Déçu, Michel Lévy retourne à l’enseignement comme formateur à l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres). L’édition de cartes postales, les piges dans la presse (Vidéo Pratique, Caméra Vidéo) sont alors autant d’encouragements à pratiquer la photo selon ses goûts. Il a ainsi le plaisir de publier régulièrement son travail, sans souffrir des impératifs d’une clientèle trop directive.


Réponses Photo Mai 1995
Nus Infrarouges

A 14 ans, à l’âge où on rêve plus volontiers d’être pompier, explorateur ou général, Michel Levy voulait être photographe. Ses parents reculent devant le prix des études, comme l’enseignement l’intéresse il sera instituteur. La prof de dessin de l’Ecole Normale s’avère être la femme d’un photographe de pub de Caen. Rencontre. Michel restera 3 ans comme assistant de ce photographe de nature morte, au contact duquel il se découvrira par contraste, une passion pour les photos de mode. Au lieu de devenir enseignant classique, on lui propose de devenir formateur en photo et en vidéo à la fac. Cette activité lui laissant du temps libre, Michel décide de rester amateur, ce qui lui permet de ne faire des photos que pour son plaisir.

La série de nus présentée a été réalisée en studio, sur du film infrarouge exposé à diverses sensibilités (jusqu’à 3200 ISO) et développé en conséquence. Michel travaille avec du matériel Nikon et ces photos ont presque toutes été réalisées avec un zoom 80-200mm f;2,8.

Luc Saint-Elie

 


Color Foto – Février 1993
CRISSEMENTS EROTIQUES. Des photos brûlantes pour des paroles brûlantes. Notre « TitelStory », c’est cela!, avec les photos du Français Michel LEVY. Elles  énervent: on voit ou on ne voit pas? Pour certains, ses photos sont troposées, pour les autres, elles sont trop douces, mais voyez vous-mêmes.

De l’érotisme pur. Trop dures pour la mode, et trop douces pour les magazines de nus. C’est ce qu’il entend très souvent lorsqu’il montre ses photos à des rédactions de magazines. Son signe de reconnaissance, c’est toujours de jolis modèles vêtus de sous vêtements de charme. « Je ne tiens pas à faire de la gynécologie », ce qui attire, c’est que le spectateur peut encore découvrir quelque chose.
Dès l’âge de treize ans, le Français savait déjà ce qu’il voulait. « J’admirais les photos de Newton et de Bourdin, et j’ai décidé de suivre leurs traces ». Mais ses parents en avaient décidé autrement. Alors il a étudié pour devenir enseignant. Mais le destin trainait par là, sous la forme de sa prof de dessin dont le mari était photographe de pub.


Color Foto – Février 1991
« Plutôt suggérer que montrer », les douces images du Français Michel Levy INSPIRATION
Il a commencé ses premières ballades photographiques à l’âge de 14 ans; en faisant de la chasse photographique.
La photo a tout d’abord été une activité occasionnelle pour le jeune Parisien. Ce n’est qu’à partir du moment où il entreprit des études pour devenir instituteur que les choses changèrent: Michel Levy rencontra à cette époque le photographe professionnel Jean – Louis Tesseraud, spécialiste notamment de publicité. Il devint l’assistant de celui – ci pendant 3 ans et appris ainsi tout ce qu’un photographe a besoin de savoir. Et ce, avec la plus grande application De cette période date un certain ras le bol pour la photoraphie de nature morte. A trop en faire, il arrive à saturation.
Actuellement, Michel Levy vit en Normandie à côté de Caen où il enseigne la photographie et la video, en parallèle avec la prise de vues. En plus de la photographie conventionnelle sont apparus la video et le traitement informatique de l’image, pour les spots publicitaires notamment, mais ce sont là surtout des moyens mis en oeuvre à des fins commerciales. Pour Levy, c’est la photographie qui reste le moyen de création par excellence.Dans son studio émergent, à côté des nus, des portraits et des photos de mode, dans un style qui lui est propre.Si ce travail trouve un bon accueil dans une exposition ou dans des revues, cela lui convient tout à fait.

 

 


Alt Om Foto Mai 1989
Un photographe amateur à l’égal des professionnels.
De temps en temps, Alt Om Foto fait la connaissance de photographes étrangers qui s’adressent à la rédaction pour proposer leur travail.
Récemment, un Français, Michel Lévy nous a fait parvenir une série de photos noir et blanc très suggestives. Michel Lévy a 31 ans, il vit à
Bretteville sur Odon en Normandie. Il y enseigne la photo et la vidéo, et en même temps, il coopère avec des éditeurs et des magazines
parisiens. Il n’est donc pas vraiment un amateur. A la fin des années 70, alors étudiant à l’Ecole Normale, il fait la connaissance d’un photographe publicitaire qui lui apprend la technique de prises de vues en studio. Un salon international lui donne une première chance de faire connaître son travail.
A cette occasion, il attire l’attention du rédacteur en chef de « photo magazine », Jean-François Leroy. L’une de ses photos a même fait la couverture du journal en février 86. A la même époque, certaines de ses images sont éditées sous forme de cartes postales.
La presse Française apprécie son travail. Ce succès lui permet de travailler pour un théatre et un conservatoire de danse.
Par la suite, il souhaiterait travailler dans le milieu de la mode. Presque toute les photos sont réalisées en studio, à l’aide d’une technique qui donne à ses images un aspect onirique. Sa spécialité, c’est la pellicule infrarouge noir et blanc, pour obtenir ce résultat si spécial. L’expérimentation a commencé pendant sa formation de photographe. Michel Lévy utilise un appareil Nikon 35 mm et un Mamiya 120. Les modèles sont tous des amateurs, mais certaines ont l’habitude de la pose.

Laurtz Madsen


Color Foto – Février 1989
Le photographe Français Michel Lévy ne fait pas seulement ses nus de jeunes femmes pour les hommes :  » Mes clichés sont réussis lorsqu’ils plaisent aussi aux femmes « . Des nus, des photos glamour et des photographies érotiques, il y en a autant que des grains de sable sur une plage, dans des journaux de plus ou moins bon goût, plus ou moins sérieux, ou dans la publicité où ces images sont quasi omniprésentes. Si l’on veut s’élever au dessus de cette quantité de photos, il faut du talent. L’un de ceux qui a cette classe est le photographe Français Michel Lévy.

Michel Lévy célébrera en Avril son trente et unième anniversaire. Il s’intéresse à la photographie depuis l’âge de 14 ans, mais sans penser que celle-ci dépasserait le stade de la passion. Il est déjà bien content de pouvoir s’adonner à son art régulièrement. Cela va changer à partir de 1977 lorsqu’il rencontre, durant sa formation de professeur, un photographe professionnel. A cette époque, ce photographe, J.L. Tesseraud, travaille dans le secteur de la publicité. Il apprend au futur professeur la technique de la prise de vues en studio, et ce que l’on peut faire avec un éclairage approprié. Tesseraud va aussi donner à Lévy le goût du travail en laboratoire. Dans le même temps, il montre à Lévy le film infrarouge noir et blanc de Kodak, ce matériel va lui permettre de mettre en pratique plus tard les images qu’il a en tête.

 

 


Courrier Kodak – Juin 1986
Dès l’âge de quatorze ans, il pratique spontanément la photographie. Prise de vues en noir et blanc, tirage et agrandissement en laboratoire.
1977 – Quand on est normalien, passionné de photo et que l’on apprend que le mari de sa prof de dessin est photographe publicitaire, on craque !… Il prend donc rendez-vous avec J.-L. TESSERAUD, photographe publicitaire à Caen qui décide de le former à la pratique professionnelle… Il est initié à la prise de vues en studio, aux mystères de l’éclairage, du tirage en noir et blanc et en couleur et pour la première fois, à ceux du film infrarouge…
1977-79 – Tout en poursuivant ses études à l’Ecole Normale de Caen, où il se spécialise en Audiovisuel, il est assistant à temps partiel au Studio Tesseraud.
1979-81 – Une amie danseuse qui pose pour lui, participe à un spectacle organisé par des stylistes de Caen. Il pense que c’est un moyen  » d’entrer dans le milieu « . De là, naît une collaboration avec des mannequins, des coiffeurs, des maquilleuses : le dossier s’épaissit.
1981 – Le Directeur de l’Ecole Normale lui confie la responsabilité de la formation Audiovisuelle au sein de l’établissement.
1981-85 – Mise au point d’un dossier photographique de mode avec la collaboration des professionnels avec lesquels il travaille depuis 1979.
Juin 1985 – Première Exposition. A l’instigation du Directeur et à l’occasion du centenaire de la fondation de l’Ecole Normale de Caen, il montre ses photographies pour la première fois au  » Grand Public « , dans le cadre d’une Exposition ouverte à tous.
Septembre 85-juin 86 – Stage de Photo , vidéo et Images de synthèse à l’Ecole Normale Supérieure d’Audiovisuel de Saint-Cloud.

 

 


Photo Magazine - Février 1986
GRAINS DE BEAUTÉ
Depuis longtemps déjà, vous ne croyez plus aux contes de fées. C'est normal. La vie s'en est chargé. Pourtant il y a toujours deux façons de raconter des histoires. Si l'on vous dit que Michel Levy n'a jamais publié la moindre image, qu'il est venu nous voir au Salon de la Photo son dossier sous le bras, que nous avons eu le coup de foudre et que nous avons décidé d'en faire un portfolio, vous allez esquisser une moue sceptique.
C'est pourtant la stricte vérité ! Vous vous sentez déjà prêts à sauter sur vos téléphones pour nous demander un rendez-vous. Mais réfrènons tout de suite votre enthousiasme naissant et vos espoirs inconsidérés. Le talent, cela vient peut-être de la demi-douzaine de bienveillantes marraines qui se sont penchées sur votre berceau, mais cela ne se rencontre pas à tous les coins de rues ! Et du talent, Michel Levy en a à revendre, y compris celui de croire à sa bonne étoile.

 

 

 


 

© Michel Levy – Photographe – Siret : 43137225900025 – Code APE : 9003B – michel@michel-levy.com